Ennéagramme

La tradition orale de l’ennéagramme s’inscrit dans les enseignements de Pythagore, des Pères du désert, de la culture Soufie… elle connait un nouvel essor au début du XXème siècle.

Aujourd’hui, cet outil est utilisé dans de nombreux domaines, professionnels, personnels et spirituels.

Nous avons tous une « base », ou un « type », c’est la fondation de notre personnalité. L’ennéagramme montre comment une personnalité se crée à partir d’une vérité perdue que l’on a remplacée par une croyance limitante que nous avons sur le monde. Quand elles sont repérées, nous pouvons transformer ces croyances et modifier les pensées pour qu’elles deviennent porteuses et constructives.

Par exemple : un jeune enfant a eu le sentiment qu’il n’était apprécié que lorsqu’il avait de bonnes notes à l’école, peut continuer une fois adulte à penser qu’il n’est pas aimé pour ce qu’il est. Il se sent toujours obligé de faire pour être aimé. Cette personne se reconnaîtra en base trois.

L’ennéagramme n’est qu’un outil, nous devons être vigilants à l’utiliser à bon escients et avec compassion. J’adhère au même code de déontologie du CEE.

  • mieux se connaître et mieux comprendre les autres.
  • il n’y a pas de bon ou de mauvais type.
  • se libérer de la prison qu’est notre personnalité avec courage
  • rire de soi et s’accepter dans ses qualités et ses travers
  • garder présent à l’esprit que chaque être humain est unique et que la diversité est notre plus grande richesse.

Je propose de vous familiariser avec l’ennéagramme avec un échange question-réponse à partir de mots clés. Vous pouvez aussi oser demander à des personnes de votre entourage de citer vos trois qualités principales et vos trois plus gros défauts.

Extraits tirés du site du

CEE Centre Européen de l’Ennéagramme

Les neufs profils de personnalité

Type 1 : Le perfectionniste

Critiques envers eux-mêmes et envers les autres, les Un tendent à croire qu’il n’y a qu’une « bonne » façon de faire les choses.
Ils se considèrent souvent comme les défenseurs de l’intégrité et de l’éthique et peuvent retarder une décision par peur de faire une erreur. Utilisent souvent les mots « devrait » et « aurait dû ».

  • Passion : la colère
  • Vertu : la Sérénité.

Type 2 : L’altruiste

A la recherche d’affection et d’approbation, l’altruiste cherche à être aimé et apprécié en devenant indispensable à l’autre. Orienté vers la satisfaction du besoin de l’autre, le Deux peut devenir manipulateur et avoir plusieurs facettes, montrant un visage différent à chacun. Séducteur, le Deux est quelqu’un d’actif, d’encourageant, qui choisira souvent une activité professionnelle où utiliser sa compassion pour l’autre. Axe de développement : de la fierté de rendre service à la reconnaissance de ses propres besoins.

  • Passion : l’orgueil
  • Vertu : l’humilité

Type 3 : Le battant

Les Trois cherchent à être aimés pour leurs résultats. Rois de l’apparence, ils ont du mal à différencier leur « vrai moi » du réalisateur qui atteint ses objectifs à son travail. Ils peuvent apparaître plus productifs qu’il ne le sont en réalité. Ils font généralement de bons leaders, entraîneurs, vendeurs ou capitaines d’équipe. Axe de développement : de la duperie trompeuse à l’authenticité.

  • Passion : le mensonge
  • Vertu : la vérité

Type 4 : Le romantique

Son attention est dirigée vers ce qui manque. Il sait ce que vague à l’âme veut dire. L’idéal n’est pas ici et maintenant, il est ailleurs, souvent dans le passé. Plus que d’autres, il souffre de l’absence du partenaire. Théâtral, mélancolique, sensible et artistique, le Quatre est créatif dans sa façon de vivre.

  • Passion : l’envie
  • Vertu : l’équanimité

Type 5 : L’observateur

Les Cinq sont sensibles à leur espace vital, à leur jardin secret. Ils s’efforcent de garder une distance émotionnelle avec les autres. Ils préféreront observer plutôt que participer. Les émotions et les besoins des autres leur paraissent incongrus. Ils compartimentent les obligations. Il sont détachés des gens, des sentiments et des objets. Ils privilégient le savoir et la vie intellectuelle.

  • Passion : l’avarice
  • Vertu : le détachement

Type 6 : Le loyal

Les Six sont anti-autoritaires, s’identifient avec les faibles, ont un haut sens du devoir et sont loyaux à la cause qu’ils ont choisie. Les six ont tendance à toujours envisager le pire scénario possible, afin d’anticiper pour mieux se protéger. Axe de développement : du doute à la confiance en soi.

  • Passion : la peur
  • Vertu : le courage

Type 7 : L’épicurien

C’est Peter Pan, le puer aeternus, la jeunesse éternelle. Les Sept sont souvent superficiels, aventureux et ont du mal à s’impliquer. Ils aiment garder plusieurs options ouvertes et cherchent à perpétuer un haut niveau d’excitation. Généralement heureux et enjoués, ils amènent la bonne humeur avec eux. Ils sont connus pour ne pas toujours finir les choses qu’ils ont commencé.

  • Passion : la gourmandise
  • Vertu : la sobriété

Type 8 : Le chef

Les Huit ont besoin d’être en contrôle. Protecteurs, ils aiment le combat. Ils expriment leur colère comme elle vient et apprécient ceux qui ont le courage de l’affronter. Ils vivent souvent de manière excessive. Le Huit évolué est compétent et juste, surtout dans l’adversité. Il peut être un puissant supporter pour les autres. Il s’investira pour aplanir la route de ses amis.

  • Passion : la luxure (l’excès)
  • Vertu : l’innocence

Type 9 : Le médiateur

Ambivalent, il voit facilement tous les points de vue et tend à remplacer ses désirs par ceux des autres. Il a souvent du mal à différencier le véritable objectif des tâches secondaires. Paisible, voire nonchalant et indécis, il aime la nature et l’harmonie. Consensuel, le Neuf apprécie les métiers de diplomate, conseiller, négociateur. Quand il est sur les rails, il devient très performant.

  • Passion : la paresse
  • Vertu : l’action

Les sous-types sont les trois comportements instinctifs de chacune des neuf bases.

Ils correspondent à notre façon de gérer nos « situations de survie », nos « relations en tête à tête » et notre « comportement social » au sein du groupe.

Sans que nous en ayons conscience, l’un de ces instincts gouverne notre mode de vie et notre dynamique relationnelle. Comprendre notre sous-type est un moyen puissant de développer la conscience de soi, d’améliorer nos relations et de structurer nous distancier de l’ego.
Vivante et concrète, l’étude des sous-types permet également d’apprécier les comportements des neuf types en profondeur.

Comme pour les types, il n’y a pas de bon ou mauvais sous type leur exploration est riche car les conflits dans la sphère familiale sont souvent liées aux sous type.

Les sous types sont comme les trois pieds d’un tabouret qui serait le socle de notre vie quotidienne. pour l’équilibre et la fiabilité il vaut mieux que les pieds aient à peu près la même longueur !

Si vous voulez en savoir plus sur l’ennéagramme

Page PrécédentePage Suivante